L' espace est sculpteur d'ogives .Le pilier tend ses arcs.L'escalier fraie son chemin oblique

sous le regard neutre des briques silencieuses .

Ici, l'élévation se mesure en vide,

à chaque instant reconstruit

 

La porte du regard surprend l'arbre figé dans la lumière ,toute ombre bue .

Le ciel va son chemin du bleu au bleu .

Et la dalle,depuis toujours,

fixe l'instant .

 

Verrons-nous la montagne à dos de chameau

boire dans la main du lac ?

Vous témoignerez ,arbres compassés ,

de cette rencontre secrète .

Entretemps,le chemin va son chemin

 

 La torve,noire,frêle branche retient le rocher dans l'effort massif de sa chute .

Juste le temps laissé à l'oeil de laisser le mystère demeurer mystère .

 

 

Qui eût dit que la mer se retirant à pas de flaques

nous laisserait son jeu de constructions ?

Elle qui n'habite que des châteaux de sable .